La fondation RERO+ est née

rero21 rero+
de en

C’est désormais officiel : l’identité de RERO évolue pour faire face à de nouveaux besoins dans un nouvel environnement bibliothéconomique. RERO devient RERO+, une fondation de droit privé et d’intérêt public formellement constituée le 29 avril 2021. Cet événement représente le début d’une nouvelle aventure pour l’équipe RERO+ et ses partenaires.

Genèse

Créé en 1985, RERO avait pour objectif de gérer les moyens informatiques naissants des bibliothèques académiques de Suisse romande. Au fil des années, le réseau s’est agrandi jusqu’à compter plus de 200 bibliothèques membres. En 2020, les bibliothèques scientifiques et académiques rejoignent le réseau SLSP, lui-même fruit d’un projet initié en 2015 par les Hautes écoles suisses.

Au vu de ces changements, et appuyé par les autorités cantonales réunies au sein de la CIIP (Conférence intercantonale de l’instruction publique), RERO lance en 2017 son propre projet de transformation en centre de compétences et de services aux bibliothèques, focalisé sur les besoins des bibliothèques publiques, patrimoniales, scolaires et spécialisées. Sont en parallèle entamés les projets de développement des logiciels RERO ILS (Integrated Library System) et SONAR (Swiss Open Access Repository), qui permettront de bâtir le socle des principaux nouveaux services proposés par la fondation. Leur déploiement en 2021 permet enfin de compléter la métamorphose de RERO.

Ce qui change

  • L’appellation : RERO était originellement l’acronyme de Réseau Romand, devenu ensuite le Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale. Aujourd’hui, bien qu’encore majoritairement romand, l’institution n’est plus liée à des critères territoriaux. L’appellation RERO+ signifie un élargissement de ses activités, de ses services et de sa couverture géographique et linguistique, tout en gardant son identité connue depuis plus de 30 ans dans le paysage suisse des sciences de l’information.

  • La gouvernance : RERO+ est désormais sous la supervision du Conseil de fondation, composé au départ de quatre représentant·e·s des membres fondateurs :

    • Damian Elsig, président (Canton du Valais)
    • Antoine Grandjean, vice-président (République et Canton de Neuchâtel)
    • Géraldine Rérat-Oeuvray (République et Canton du Jura)
    • Thierry Petoud (Ville de Martigny)

    Par la suite, ce Conseil comptera entre 7 et 9 membres, couvrant plusieurs domaines de compétences et représentant d’autres parties prenantes telles que des partenaires stratégiques. Par ailleurs, des mécanismes de gouvernance spécifiques à RERO ILS et SONAR seront mis en place afin de donner un rôle actif à leur clientèle dans la conception des produits.

  • Le mode de financement : RERO+ est financé exclusivement par la vente de ses services.

  • Les activités : Comme c’est le cas depuis environ deux ans, RERO+ va se concentrer sur le développement continu et la maintenance de ses services principaux : le système de gestion de bibliothèque de nouvelle génération RERO ILS et la gestion de contenus numériques avec SONAR. Ces logiciels et les services respectifs seront amenés à évoluer avec les besoins de sa clientèle, dont le cercle s’élargira à toute la Suisse.

  • Les missions : Avec cette évolution des activités, elles couvrent un périmètre plus large. RERO+ a pour but de promouvoir la diffusion et le rayonnement du savoir, en particulier par l’intermédiaire des bibliothèques, sans limitation géographique. Par ailleurs, en tant que fondation, RERO+ ne poursuit aucun but lucratif.

Ce qui demeure

  • L’équipe de RERO+ : Elle reste sensiblement la même, avec son expérience approfondie et sa cohésion ; son organisation ne subit pas de changement majeur.

  • Les partenaires : La collaboration continue et s’intensifie avec les 58 bibliothèques utilisant RERO ILS (go-live le 12 juillet prochain), les institutions utilisant SONAR (version de production disponible) ainsi que l’équipe de l’Université Catholique de Louvain en Belgique qui maintient son implication dans le projet de développement de RERO ILS. Enfin, RERO+ continue de collaborer avec plusieurs acteurs du monde des bibliothèques et de l’information en Suisse et à l’étranger, notamment SLSP, la Bibliothèque Nationale Suisse, l’ABES et la Bibliothèque nationale de France.


Mot de Damian Elsig, président du Conseil de fondation RERO+

La transformation de RERO vers RERO+ est de taille. La nouvelle orientation est le fruit d’une réflexion conjointe, sur la base d’une analyse de marché et de l’intérêt avéré pour les services sur mesure et/ou partagés des bibliothèques publiques, patrimoniales, scolaires et spécialisées en Suisse. RERO+ orientera ses prestations vers les besoins de ces types de bibliothèques, que ce soit par le développement de services ou par la mise à disposition de gestion informatique globale.

L’équipe de RERO+ a son siège en Valais et est composée de spécialistes disposant d’une longue expérience dans ce domaine, avec la clientèle au centre de leur attention.

Les solutions informatiques sont développées en mode open source et se basent sur le logiciel Invenio 3, développé par le CERN. Les données sont stockées en Suisse.

RERO+ : une fondation à but non-lucratif estampillée swiss made !


Personne de contact pour RERO+ : Miguel Moreira - direction@rero.ch